Carnet de route

Ruisseling dans le Rif Bruyant

Le 13/01/2019 par Barneix Guilhem

En cette froide matinée de Janvier, un levé aux aurores pour…. Pardon ?!

Le rendez-vous était fixé à 9h à Nantes, pour un petit bout de glaçon, non loin de la vallée du Rif Bruyant. Avec Sylvain, nous récupérons un François aux cheveux ébouriffés (et peut être une barre au front…Ca, nous ne le saurons jamais !), fatigué par une dure grimpe à Céüse, et des « canons » pour soigner les « bouteilles » de la grimpe.

Un second arrêt à la Valette pour récupérer la Coralie (Cocotte, pour les intimes). Indécision entre le ruisseling du Rif Bruyant, et ce bout de glaçon que Sylvain avait repéré la veille (en allant au ski, cela ne s’invente pas… !).

Finalement, nous irons voir ce sorbet, mais nous ne préférerons pas l’attaquer, pas encore tant en condition que ça, et puis finalement, le soleil se décide aussi à nous accompagner.

Ni une ni deux, nous voilà de retour au parking du Mollard, où nous partons en marche rapide pour aller voir ce qui se trame dans le beau Rif Bruyant.

François se décidera finalement à nous dire tous les endroits où nous aurions pu aller, ponctuer de «  ah c’est dommage, on aurait… » ou «  Là, ça doit être en condi ! ». Tout ça sous les yeux incrédules de 3 vaches ( mi-vaches mi-chamois quand même !) perdues dans les hauteurs du vallon.

Après quelques discours grivois ; dont seul l’ami François en a le secret ; nous nous élevons rapidement jusqu’au pied du déversoir, et décidons de partir sur l’écharpe de droite, bien plus intéressante.

François est désigné comme le couillu du groupe (ou couillon ? non…), c’est donc lui qui mettra les broches. Après un faux départ pour cause de crampon récalcitrant, le Père François s’élève dans le plus beau glaçon de la journée, sous l’égide des aigles royaux, planant non loin.

 Ca déroule en suite pas mal jusqu’au dernier ressaut, délicat, au-dessus de l’eau. François s’y engage et Sylvain s’en accommode, et nous nous retrouvons tous bientôt au lac, ou j’ai payé ma trace (comme à la descente de l’autre côté !).

A la redescente : discours sur le ski, les autres bouts de glaçons et courses environnantes sous le regard curieux des chamois.

Retour voiture aux alentours de 16h30, certains redescendent à Grenoble,  un autre s’occupe des gosses, et le dernier…Affûte sans doute ses carres !

Bilan : Une journée au poil en bonne compagnie, pas de baignade intempestive, un vallon désert, et un compte rendu trop long !

 

Merci aux participants:Coralie, François, Sylvain

Ps : La trace et le brochage, ça vaut bien un canon en retour non ?!







CLUB ALPIN FRANCAIS LA MURE MATHEYSINE
9 VOIE PIERRE BARNOLA
38350  LA MURE
Permanences :
1er vendredi du mois à 20h
Agenda